Eviter la dépression saisonnière.

À l’arrivée de l’automne, il n’est pas rare de subir une légère baisse de morale et une fatigue plus ou moins passagère. À chaque changement de saison, et plus particulièrement à l’automne et à l’hiver, de nombreuses personnes éprouvent une sensation de fatigue et de « blues », des symptômes se rapprochant de ceux de la dépression.
La question que nous allons nous poser aujourd’hui est la suivante : la dépression saisonnière est-elle vraiment une pathologie à part entière, peut-on la prévenir, la traiter ? Explications.

 

Pourquoi ressentons-nous un sentiment de fatigue quand les saisons changent ?

Aux premiers jours de l’automne, les jours vont de plus en plus raccourcir, le soleil va petit à petit disparaître et la nature s’endormir tout doucement. Il en est de même pour notre organisme, le froid et le manque de lumière vont entraîner une sensation de fatigue passagère chez de nombreuses personnes. Cette baisse d’énergie est de plus en plus étudiée et prise en charge par diverses thérapies douces, à un certain stade, elle ne doit pas être définie comme chronique. Elle doit être prise au sérieux si les symptômes persistent et se multiplient.

Il est plus courant d’observer une sensation de fatigue dans la période hivernale, mais saviez-vous que des personnes peuvent également souffrir de fatigue à l’arrivée du printemps, un phénomène qui peut s’expliquer scientifiquement par le fait que l’organisme et le système immunitaire très actifs durant l’hiver, doivent se rééquilibrer à l’arrivée des beaux jours. La période de fatigue est néanmoins bien plus courte que pour l’automne et l’hiver.

 

Quelles sont les causes du blues de l’automne ?

Il n’y a pas réellement de causes fondées pour expliquer la sensation de fatigue en automne. Ce qui est prouvé, c’est que la baisse de luminosité et de son exposition sur notre organisme jouent un rôle important sur cette pathologie. On peut en distinguer d’avantage comme :
Un dérèglement de notre horloge interne : à l’automne, il est fréquent d’observer ce phénomène sur les patients.
Une perturbation de la sécrétion de mélatonine : elle est l’hormone du sommeil, en automne, il est possible que sa sécrétion soit désynchronisée entraînant directement des troubles du sommeil et des phases de fatigue tout au long de la journée.
Une perturbation de la sécrétion de sérotonine : comme pour la mélatonine, la sérotonine, hormone régulatrice de l’humeur, subie elle aussi des dérèglements qui entraînent des sautes d’humeur ainsi qu’une sensation de « cafards ».

Le problème principal est qu’au fil de l’automne et de l’hiver, les jours vont se raccourcir et la lumière également, ce qui peut conduire à une fatigue et des symptômes persistants. C’est alors que l’on peut parler de dépression saisonnière.

 

Dépression saisonnière : vraie pathologie ou simples symptômes passagers ?

Avant tout chose, il est important de faire la distinction entre une simple fatigue passagère et une dépression saisonnière. Cette pathologie est réellement considérée comme une vraie maladie. Il s’agit véritablement d’une forme de dépression accompagnée des symptômes associés à la dépression comme :
• une fatigue importante
• un sentiment de tristesse
• un besoin de dormir bien plus important
• troubles alimentaires, etc..

Bien plus qu’une simple fatigue qui disparaîtra rapidement après plusieurs actions, la dépression saisonnière doit être prise en charge rapidement.

Cette forme de dépression touche le plus souvent les femmes, mais les hommes et les adolescents ne sont pas exclus. Environ 10% de la population des pays nordiques est atteinte de cette pathologie. Un syndrome qui ‘est pas à négliger.

 

Un traitement est-il nécessaire ?

À l’arrivée des premier symptômes et plus particulièrement d’une fatigue persistante, qui n’est jamais anodine, il est conseillé de prendre rendez-vous chez votre médecin traitant. Il est vrai qu’une simple fatigue passagère n’est pour beaucoup, pas un motif suffisant pour consulter le corps médical, mais si elle persiste, elle pourrait être liée à bien plus…

Dans le doute, prenez le temps de discuter avec votre médecin généraliste qui après un examen médical et peut être un bilan sanguin, établira son diagnostic. Un sentiment de grande fatigue en plus d’être l’un des principaux symptômes d’une dépression peut être aussi lié à une anémie ou une hypothyroïdie par exemple. Des pathologies qui nécessiteront une prise en charge médicale.

Votre médecin détectera également si le coup de blues et la fatigue sont liés à une dépression saisonnière ou plus grave à une dépression chronique, le plus souvent, il ne relèvera rien d’anormal et vous conseillera quelques précautions pour retrouver tout votre tonus via des thérapies douces ou quelques actions a effectuer au quotidien.

 

Nos petits conseils pour éviter le coup de blues saisonnier

 

  • Sortez un maximum de chez : votre organisme doit bénéficier de plus de lumière possible, et même en hiver !
  • Pratiquez des activités à l’extérieur et bravez le froid en prenant votre vélo pour vous rendre sur votre lieu de travail. Votre corps vous le rendra.
  • Pratiquez une activité sportive régulière.
  • Essayez de réguler au maximum son sommeil.
  • Une alimentation saine et équilibrée et une bonne hydratation restent également de bonnes pratiques.

 

 

Author Info
Valentin MARTINEZ

Valentin MARTINEZ

Valentin est passionné par le corps humain, ses pathologies et le monde de l'ostéopathie ; grâce à son talent de rédaction, il nous offre régulièrement des articles écrits avec rigueur en restant accessibles au plus grand nombre.

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Effectuez cette addition *